29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 18:50

Bonjour à toutes et à tous,

Parfois, la perte de poids semble tellement impossible de façon "naturelle", que ce soit en changeant d'alimentation ou en effectuant un régime drastique, que certaines hommes et certaines femmes se tournent alors vers la bypass gastrique. Certes, la perte de poids est immédiate: c'est comme de se couper un jambe. Cependant, les effets à moyen terme sont dévastateurs et à mon avis il est irresponsable de proposer une telle opération chirurgicale sans avertir celles et ceux qui vont y recourir des risques inhérents (Note personnelle: à mon sens, cette opération devrait être illégale mais cela ne réglerait rien, nous aurions alors des opérations effectuées illégalement. Autant qu'elles soient réalisées par des médecins "professionnels").

Les problèmes les plus graves sont les carences alimentaires qui découlent de la quantité limitée d'aliments que l'organisme peut absorber suite à l'opération (source). Alors il devient quasi indispensable de prendre des compléments alimentaires, des vitamines, etc. Et on ne parle pas de 3 pilules par semaine: parfois les carences sont telles qu'il faut recourir à des injections mensuelles.

Et ce n'est je dirais que la version "soft" des conséquences. Plus graves sont les tendances à l'ostéoporose, extrême fatigue, etc. Le mode de vie est très perturbé: il faut prendre en tout cas 30 minutes pour manger, les vomissements et la diarrhée sont fréquents. D'autres cas plus rares semblent faire de cas de calculs biliaire (voir vidéo explicative)

Et ce n'est pas tout. Si la perte de poids est réelle, on parle d'une opération chirurgicale lourde. La plupart des patients doivent avoir recours à la chirurgie reconstructrice pour masquer les dégâts.... par terrible si l'objectif était de se mettre en maillot de bain sans complexe.

Finalement, il faut aussi savoir que plus d'un tiers des patients reprendront leur poids à terme (6-12 mois). Je pense qu'il faut donc réserver cette opération aux cas graves, quand le surpoids est une menace réelle et immédiate pour la santé. Pour les autres, je vous en supplie, ne le faites pas :)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vanessa 29/06/2017 09:17

Je suis tout a fait d'accord avec toi. Quand je constate que j'ai fais un imc de 43 et que je pouvais prétendre a toutes ses opérations alors que je n'avais mal nul part, et que j'étais "bien" quoi (aucun soucis a se déplacer, pas d'essoufflement pour les efforts quotidien) je me dis que l'IMC ne suffit pas. Il m'a suffit de faire de la musculation, de rééquilibrer mon alimentation (et c'est dur au début, dur pour tout le monde. Il faut perseverer, même si on se casse régulièrement la tronche). J'suis a un IMC de 37, depuis, je me suis habituée a manger équilibrer, et mes désordres intérieurs liés a l'obsession de la nourriture se sont calmés. La différence entre un opéré et une personne qui rééquilibre son alimentation, c'est le "choix". Eux n'ont plus le choix que de respecter une stricte alimentation, au risque de mourir (carrément. c'est la seule motivation. Et, certains n'y arrivent tout de même pas, et ont de graves complications). Un non-opéré sera en lutte contre la tentation: il pourra toujours manger tout ce qu'il veut sans conséquence (du moins, pas immédiate) et c'est la qu'est la réelle difficulté.
Je suis navrée, mais, je suis contre ces opérations aussi, et je trouve que ça reste la voie de la facilité. Et quand on me dit "oui, mais, c'est dur, c'est un choix difficile", ou "oui, mais, on prend des risques pour nos vies", ce n'est pas pour moi de la difficulté, mais, le choix du désespoir, et souvent, quand on est motivé par le desespoir, ca donne lieu a des choix inconscient.
Tout ca parce qu'on veut maigrir vite: c'est LE problème numéro 1. Les régimes restrictifs: c'est pareil. On veut satisfaire nos envies de maigrir vite, soit disant parce qu'on se soucis de notre psychologie: "Plus ils auront de pertes, plus ils conserveront leur motivation". Et la physiologie? Le fait que le corps mette tout en place pour lutter contre les pertes de poids rapides, les restrictions, les carences ?

Ce qui me permet de tenir sans avoir l'impression de faire des efforts chaque jours, c'est le fait de manger tout ce que je veux. Je perds 3kg par mois maximum, et je ne grignote plus, je n'ai presque plus de "pulsions" et je commence a me sentir "normale", vis a vis de la nourriture.

A moins qu'il y ait une souffrance du corps, vraiment, évitons ce gens d'opération qui ont de grande chance d'avoir notre peau.

Présentation

  • : Maigrir à tout prix
  • Maigrir à tout prix
  • : Quand mincir tourne à l'obsession, quand chaque kilo compte, c'est un combat journalier qui dure toute une vie... sans régime.
  • Contact

Recherche

Pages